mardi 19 février 2013

Comment ne pas complètement foirer son allaitement ou 10 conseils pour être au top de sa voie lactée.

Attention ce billet n'a aucune valeur scientifique. Il s'agit uniquement d'un partage d'expérience. Chaque femme, chaque naissance, chaque allaitement est unique. Pour des informations médicales, merci de vous rapprocher de votre sage-femme et/ou d'une association de soutien à l'allaitement.

# 1 - Se renseigner, se documenter, lire, bref, ne pas être complètement à la ramasse.

On dit souvent que l'allaitement est naturel mais que ce n'est pas une évidence... C'est une phrase à l'emporte-pièce, certe, mais ce n'est pas complètement faux. Dans les cultures où l'allaitement au sein est la norme (Europe du Nord, Afrique noire, ...), l'expérience se transmet de mère à fille, entre soeurs, amies, voisines. Au moment où les femmes deviennent mère à leur tour, elles ont déjà observé une femme dont l'allaitement s'était parfaitement bien déroulé. Cela favorise la relation que les femmes entretiennent avec leur propre allaitement, dans la confiance qu'elles auront en elles-même.

Quand on a pas (ou trop peu) connu de femmes allaitantes, on fait comment ?

Et bien on se renseigne comme on peut. Déjà, on peut commencer par se rendre à une, deux, voir trois réunions sur l'allaitement. Il faut multiplier les réunions pour se rendre compte que les conseils ne seront jamais les mêmes. Et que l'on assiste à une réunion au sein d'une maternité, d'une boutique bio ou d'un club de yoga, il est tout à fait possible d'entendre plein de bêtises. Mais ce n'est pas grave! A force, on va connaître les questions par coeur, les réponses seront différentes mais on saura faire le tri, parce qu'on aura entendu LA réponse qui nous semble logique. 

On peut aussi, pour les courageuses, lire ce livre : 

images L'allaitement, de la naissance au sevrage - Dr Marie Thirion - Albin Michel - 285 pages - 19,00 €

C'est bien de le lire AVANT la naissance. Même si, c'est vachement plus drôle de choisir des petits bodies ou de trainer les sites de jeunes mamans sur son ordi, lire un vrai livre écrit par un vrai docteur, et bien ça aide.

On peut aussi l'emmener à la maternité si on veut vérifier quelques infos.

Le livre commence par des explications médicales. Pas forcément très simples, si on se sent dépassé par cette partie, on peut très bien passer directement à la suite. Sinon, pour les plus sceptiques, celles qui croient encore que l'allaitement c'est une question de chance, cette partie est très bien faite et permet de bien comprendre comment l'allaitement se met en place après l'accouchement.

Le site de la Leche League est aussi une mine d'informations. Surtout ne pas hésiter à y trainer.

# 2 - Se rapprocher d'une amie qui a "réussi" son allaitement et/ou se trouver une bonne conseillère en allaitement.

Idem, cette démarche est à effectuer AVANT la naissance. A la maternité, toutes les sages-femmes ne sont pas "pro-allaitement", elles manquent bien souvent de véritable formation et sont presque toujours débordées. Personnellement, il n'y en a pas une qui m'ait donné la même information pendant mon séjour. Pour certaines, j'avais eu ma montée de lait, pour d'autres, elle n'avait pas encore eu lieu et peut-être bien qu'elle n'arriverait pas. Parfois mon bébé tétait très bien et d'autres fois, il tétouillait et on nous menaçait de complément... Dur, dur, de savoir comment s'y prendre...

Même si on est vraiment motivée, ce manque de soutien peut vraiment destabiliser et le discours sur l'allaitement mixte (qui facilite tellement la vie du personnel soignant...) peut sembler être la solution. Dans ce cas, la déjà maman, celle qui sait, celle qui est passée par là, peut être d'un très grand secours. Elle pourra réexpliquer pourquoi on peut mettre au sein un bébé toutes les heures s'il le désire et comment on aura bientôt du lait. Elle pourra nous rappeler que c'est nous, la mère du précieux et qu'il faut qu'on se fasse confiance quand tout le monde dit qu'on y connait rien. Elle pourra vérifier la position du bébé et nous montrer, encore une fois, comment donner la tétée allongée et profiter de ce moment pour se reposer.

68091172    galactée

Cliquer sur les images pour être redirigé sur leur site.

# 3 - Ne pas faire sa radine et s'acheter des fringues qui ne feront même pas honte.

Quand j'étais enceinte, et que je me demandais si il fallait acheter des fringues en prévision de l'allaitement, tout le monde me disait : "Pfff, penses-tu ! Tu verras bien si tu allaites (ou pas). Tu auras bien le temps de voir après...".

C'EST COMPLETEMENT FAUX.

1- On a plus vraiment le temps après la naissance.
2- Ces vêtements facilitent tellement la vie qu'il serait vraiment idiot de faire sans.

Je recommande donc pour démarrer :

  • a) Des brassières d'allaitement :

retaille

Bon OK, on est plus tout à fait dans la lingerie esprit Chantal Thomas.

Seulement, à la fin de la grossesse, la poitrine est de plus en plus lourde. Du coup, on est beaucoup plus confortable dans une brassière que dans un soutien-gorge "classique". A la maternité (ou à la maison, selon), la montée de lait va faire en sorte que la poitrine va prendre plus ou moins de volume (1 à 2 tailles de bonnet - ou beaucoup plus - selon les femmes). Et malheureusement, les seins peuvent être très sensibles, voir même douloureux à ce moment là. La brassière de qualité, qui soutien bien la poitrine, dans un tissus suffisament extensible pour faire face à la montée de lait, je trouve que c'est un achat vraiment rentabilisé. On l'utilise à partir du dernier trimestre de la grossesse, quand on ne supporte plus rien d'autre. Jour et nuit à la maternité, quand les seins ont vraiment besoin de soutien. Et par la suite, quand on a envie d'être confortable.

Je pense que 2 c'est un minimum, on trouve tout les prix, toutes les tailles !

  • b) Le caraco avec soutien-gorge intégré :

retaille-1

Aaaaaaah, le caraco avec soutif intégré. Le truc trop méga utile. 

Avec un jean, sous un pull, pour dormir, au début, je ne mettais plus que ça! C'est hyper confortable, et ça maintient très bien la poitrine (même pour les très grosses poitrines, si si).

Franchement, on peut en acheter autant qu'on veut, c'est vraiment pratique. 

Par exemple, à la maternité, on peut le porter le soir avec un pantalon de pyjama, un legging ou un sarouel. Avec un châle ou un gilet, on reste féminine. Cela permet de se passer de la chemise de nuit d'allaitement.

 

 

 

  • c) Une ou deux tenues pas cul-cul : 

A la maternité, pour être jolie sur les photos et pour se sentir chouette devant la famille et les copains. Une fois rentrée à la maison, pour revevoir les nombreux visiteurs, aller boire un verre en terrasse, faire une ballade en amoureux... Une vraie tenue, qui nous fait nous sentir belle. Et non, on essaye pas d'allaiter avec ses vêtement d'avant-grossesse. Je ne dis pas que c'est impossible. Je dis juste que ce n'est pas pratique et qu'en public, c'est le genre de détail qui pourront décourager, même une maman motivée.

Pour la lingerie, le site de Mamanana, je trouve que c'est vraiment bien fichu à la fois pour les modèles et pour les conseils. Pour les vêtements, je recommande aussi Mamanana mais également le site Emoi-emoi qui propose de très belles choses. Oui, je sais, je n'ai pas choisi les sites les moins onéreux. Mais d'expérience, je pense qu'il peut être important d'investir dans des vêtements de qualité pendant cette période. C'est tellement bon pour le moral et franchement c'est trop dur de n'avoir rien à se mettre et de se sentir moche quand on vient d'accoucher !

# 4 - Prévoir des coussinets d'allaitement 

Bon, on espère toutes ne jamais avoir de fuite. Et puis, le jour où ça arrive, bizarrement, c'est vraiment, mais alors vraiment pas le bon moment... Dans la valise maternité, ça ne prend pas tellement de place. Mes préférés, en terme de discretion, confort, efficacité... ce sont les coussinets d'allaitement jetables Lansinoh - 6,00 € les 24 (comme la crème). Je les trouve un poil chères, mais bon, ils sont vraiment pas mal. Après, il faut tester pour trouver le modèle qui convient le mieux.

# 5 - Prévoir une bonne crème anti-crevasse (parce que une fois qu'on a trop mal, on achète n'importe quoi !)

Je vous souhaite de ne pas - ou presque pas - avoir de crevasse. Mais si ça arrive, la crème Lansinoh pour l'allaitement est très bien. Le petit tube à 10,00 € est suffisant car qui dit crevasse dit mauvaise position dit alors vas voir une conseillère en allaitement! (ou une sage-femme).

# 6 - Prendre le temps d'en discuter avec son homme et en faire son allié.

Parce que les hommes causent entre eux de ces choses-là. Si si. Et il vaut mieux que le votre soit de votre côté si c'est ce que vous souhaitez car des remarques pour remettre en cause votre allaitement, il risque également d'en revevoir. Il ne faut pas hésiter à lui expliquer le pourquoi de votre choix, et que non, il ne sera pas exclu, au contraire, vous aurez grand besoin de lui. Si vous avez un homme du genre gros bourrin et pas subtil, alors peut-être qu'il faudra lui demander clairement son soutien. Si on vous fait douter de votre capacité à nourrir votre enfant, ou si l'on remet en cause le bien fondé de votre démarche, voir dans son regard qu'il qu'il est de votre côté pourra suffir à ne pas vous décourager.

Il y a des tas de moments privilégiés qu'un père peut vivre avec un nouveau-né. Il n'y a pas que donner le biberon! Par exemple, le papa peut donner le bain, faire des massages, du peau à peau, des promenades en écharpe, des siestes... Si vous tirez votre lait, alors le papa pourra profiter de vos absences pour le nourrir. 

Et des arguments en faveur de l'allaitement, il y en a tant... Mais de ceux que je préfère donner est qu'il est beaucoup plus aisé de réconforter un bébé à l'aide du sein que d'un biberon ! Beaucoup moins de pleurs en perspective...

# 7 - Eviter au maximum l'allaitement mixte (pendant au moins 6 semaines).

Si l'on vous dit que pour le bien de votre bébé (qui est trop gros, trop maigre, trop petit, né par césarienne, roux, blond, noir...), il faut donner un complément de lait maternisé, demandez bien pourquoi

VOUS AVEZ LE DROIT DE REFUSER.

En effet, c'est grâce à la succion de bébé (et donc par la stimulation du sein) que s'effectuera la montée de lait. Si l'on donne un biberon à bébé, il n'aura plus faim pour téter et la montée de lait se fera plus difficilement. D'autre part, si on lui donne le biberon, pourquoi se fatiguerait-il à téter ?

A la maternité, on est fatigué, on doute, on ne sait plus où donner de la tête. Si vous êtes dans cette situation, que vous ne savez pas comment réagir face aux demandes insistantes des puericultrices, dites vous bien qu'elles ne sont pas médecin. Si votre enfant est en danger, c'est le pédiatre qui viendra vous voir.

Et dans ces moments là, un coup de fil à sa conseillère en lactation peut donner bien du courage.

# 8 - Profiter des tétées pour câliner son enfant et se détendre au maximum.

Et oui... Quand on allaite, on fait beaucoup de câlins mais on fait beaucoup moins de choses dans la maison. Pendant un certain temps (je dirais même le plus longtemps possible), il vaut mieux allaiter l'enfant à la demande. Pour éviter la baisse de lactation comme cité plus haut. Certains bébés tèteront toutes les heures, là où d'autres seront calés pour au moins trois heures et demi. Du coup, certaines mamans ont l'impression de ne faire que ça, et franchement, au début, ce n'est pas tout à fait faux.

Alors il est temps d'assumer la féministe qui est en vous ! On arrête de stresser, on lâche du leste, et tant pis si le lave-vaisselle est encore plein, l'aspirateur pas passé, la machine pas étendue. Et même si le mâle a travaillé toute la journée, on lui demande de s'atteler aux tâches ménagères. Et pas n'importe comment! Surtout, surtout, ne pas se mettre à compter genre "ça fait 5 fois que je vide le lave-vaisselle, c'est ton tour" ou "si tu fais cuire les pates, je débarrasse"... Non, non, non. Déjà on passe pour une grognasse, et à un moment où on est pas non plus au top du top... Et en plus, c'est s'assurer des tensions dont on a pas besoin. Il vaut mieux se dire qu'on est une équipe, que plus vite on aura fait ce qui est à faire et plus vite on pourra se câliner...

On se calme sur le côté mère juive ! Quand on dit que le père peut créer des liens privilégiés avec le petit, surtout ce n'est pas pour voir votre pomme rappliquer toutes les deux secondes pour dire qu'il ne fait rien comme il faut. Alors quand le papa donne le bain, change une couche, part en promenade... On en profite ! Soit pour passer l'aspirateur si vraiment on se fait des cheveux blancs à cause de ça... Soit pour faire ces petits trucs du quotidien qu'on a plus le temps de faire (appeler sa soeur, arroser les plantes, se faire une manucure...).

Et quand bébé tête... Et bien... Regardez le téter... Il est si mignon, il a tant besoin d'un câlin...

# 9 - Apprendre à donner la tétée allongée ou l'art de faire la sieste à deux (ou trois!)

Bon ben tout est dans le titre... Le jour, la nuit, dès que je suis à la maison, et que le besoin s'en fait sentir... Hop, on s'allonge, bébé prend le sein, s'endort et moi aussi. Ce sont des petites siestes d'une trentaine de minutes mais qui font un bien fou !

# 10 - Arrêter de se prendre pour une sainte et apprendre à se percevoir avec bienveillance.

Ce n'est pas parce qu'on allaite qu'il faut manger du tofu tous les jours et/ou se refuser de faire la fête. On a le droit de se faire un petit Mc Do, de manger de la charcuterie et des bonbons. Il vaut mieux de pas fumer (car mauvais pour SA santé), mais s'en griller une de temps à autre, ce n'est pas la fin du monde. Et oui, un ou deux verres d'alcool de temps en temps c'est possible! Non allaiter ne veut pas dire "ne plus avoir le droit de rien", oui, on est toujours une bonne maman si l'on a bu un coup à l'anniversaire de la copine.

Pour plus d'info concernant allaitement & alcool, allaitement & tabac... suivre ce lien.

 Merci d'avoir pris le temps de me lire, j'espère que ce billet vous aura plu. Si ce n'est pas le cas, ou alors si vous souhaitez apporter votre contribution, laissez un petit mot...

 

Posté par La Tauliere à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Comment ne pas complètement foirer son allaitement ou 10 conseils pour être au top de sa voie lactée.

Nouveau commentaire
☆ Newsletter ☆


☆ A Lyon ☆
☆ Beauté ☆
☆ Blogroll ☆
☆ Maternage ☆
☆ Shopping ☆
☆ Catégories ☆
☆ Tags ☆
☆ Archives ☆
 février 2013 »
dimlunmarmerjeuvensam
     1 2
3 4 56 78 9
10 11 121314 15 16
17 18 1920 21 22 23
24 25 26 27 28